Pourquoi et comment composter?

Qu'est-ce que le compostage?

Schématiquement, c'est un amas de matières organiques.

En principe donc, mais avec certaines réserves, tout ce qui vient du vivant peut être composté.

On distingue les matières par leur richesse en azote ou en carbone.

Il s'agit de les répartir de manières plus ou moins égale en volume et en couches alternées peu épaisses.

Sont riches en azote: les parties vertes des végétaux (feuilles, herbes).

Sont riches en carbone : les parties des végétaux mortes et de couleurs plutôt brune ou jaune (feuilles, paille, copeaux,sciure, broyat) et certains dérivés du bois (papiers, carton).

Les matières peuvent être en tas ou en contenants divers.

Un pourcentage d'humidité avoisinant les 60% est nécessaire (de l'eau doit venir en surplus des matières sèches).

L'oxygène est indispensable aux milliards de micro-organismes et aux autres agents de décomposition tel les vers du fumier (esenia fétida), les cloportes, les collemboles et autres.

Le tas sera aéré régulièrement en bonne saison.

Cette petite faune est présente à la surface de la terre et attirée par les matières, elle y migre pour se nourrir et se reproduire.

Lorsque après 6 à 12 mois, le compost est mûr, il ressemble à la terre à laquelle il peut être incorporé pour l'enrichir.

Pour découvrir en détail ce qui précède, nous vous invitons à parcourir ce qui suit et notre présentation PPT

Le compostage à domicile est un procédé technique qui permet de recycler

ses déchets organiques en un compost de qualité.

Composter:

  • c’est mettre en oeuvre un processus semblable à celui de la nature

qui décompose les feuilles mortes pour mieux s’y régénérer.

  •  C’est accélérer la transformation des tailles d’arbustes, des tontes de pelouse

et autres récoltes de mauvaises herbes en un terreau nourricier…et gratuit : le compost !

Rien de plus facile.....

compost-avec-palettes.jpg

avec paletttes

 

compostiere-grise.jpg

en fût

compost-dans-treillis.jpg

en treillis

compost-en-tas.jpg

en tas

Voici comment procéder

 

Vos ouvriers, ce sont les millions d’organismes vivant dans le sol,

des bactéries aux vers de terre, qui transforment ces déchets organiques en un matériau couleur de terre,

aéré qui évoque les senteurs des sous-bois.

 Que peut-on composter?

 Les déchets de cuisine

  • Epluchures de légumes et de fruits.
  • Restes de repas, de pain, etc. 
  • Filtres à café, sachets de thé.
  • Coquilles d’œufs et de noix concassées.
  • Essuie-tout utilisés.
  • Papiers non colorés.
  • Cartons découpés en morceaux.
  • Huiles et graisses alimentaires absorbées sur du carton découpé.

 

Les déchets de jardin

  • Feuilles mortes. Fleurs fanées.
  • Tailles de haies et d’arbustes découpées fines.
  • Mauvaises herbes non montées en graine.
  • Tontes de pelouse.

 

Les autres déchets biodégradables

  • Litières de petits animaux herbivores.
  • Lambeaux de coton ou de laine.

 

Les cinq étapes pour réussir votre compost du premier coup.

Vers de terre, champignons et bactéries…ces organismes vivent par millions dans le sol.

Ce sont eux qui colonisent les déchets, s’en nourrissent en les décomposant.

Pour composter, veillez à leur réserver de bonnes conditions de vie,

  • de l’air, 
  • de l’eau,
  • une alimentation variée.

1.    Printemps :                           

Créez de bonnes conditions de vie pour vos ouvriers.

1.        Veillez à assurer un contact permanent avec le sol pour faciliter le passage

           des micro-organismes venus du sol pour traiter vos déchets.

2.       Déposez un grillage sous les composteurs sans fond, pour éviter que les taupes

           ne fassent un festin des micro-organismes actifs venus du sol.

3.       Très important ! Facilitez la circulation de l’air dans votre compost :

          Commencez à la base par une couche de matières structurantes comme des branchages broyés, de la paille 

 

Question : les activateurs de compost sont-ils nécessaires ? NON

Remplacez-les avantageusement - et gratuitement - par un peu de compost ancien,

des orties (non montées en graine) ou des consoudes, une herbe haute familière des lieux humides.

 

2.    Automne :

Stockez les feuilles mortes et les branchages préalablement coupés ou broyés.

 

3.   Toute l’année :

Équilibrez vos apports .

Pour éviter les mauvaises surprises, il est indispensable d’apporter en parts égales

des déchets « verts et humides » et des déchets « bruns et secs ».

Les déchets « verts et humides » sont constitués de fleurs fanées, tontes de pelouse, restes  alimentaires.

Ils apportent l’eau et la nourriture aux organismes décomposeurs qui travaillent pour vous.

Les déchets « bruns et secs » sont le plus souvent ligneux et secs - branchages broyés, herbes sèches, feuilles mortes. Ils structurent le compost pour faciliter la circulation de l’air.

L’équilibre entre déchets « verts et humides » et déchets « bruns et

secs » est vital pour la réussite de votre compost.

Compostez méthodiquement.

  1.  Gardez le compost aussi humide…qu’une éponge pressée tout au long de son développement.
  2. Si  vous utilisez un fût à compost, aérez à chaque dépôt avec une tige d'aération.
  3. Terminez toujours par un apport de matières sèches et ligneuses pour éviter les prédateurs (les mouches, mouchettes et oiseaux).
  4. Veillez à toujours découper ou broyer ce qui risque d'être trop épais et résistant (branchages de plus de 1 cm de diamètre), vos déchets se décomposeront bien plus vite.

 

4.   Après 2 mois, retournez le compost.

Retournez les matières constituant votre compost après deux mois. C'est déterminant ! Vous accélérez ainsi le processus naturel. Vous décompactez les matières, favorisant la circulation d'air et vous évitez les mauvaises odeurs.

 

5.    Après 6 mois,  utilisez votre compost.

C'est après 6 mois que votre compost atteint sa pleine maturité; il est léger, avec la consistance d'un beau terreau prêt à l'emploi.

 

      Problèmes?  Solutions

En suivant au plus près le descriptif des cinq étapes, vous devez réussir votre compost dès la première tentative. Mais la nature ne se réduit pas en équations !

En général, la solution consiste à retourner et mélanger les matières pour faciliter la circulation de l’air ou pour y ajouter les matières nécessaires pour atteindre le fameux équilibre entre

les déchets « verts et humides » et les déchets « bruns et secs ».

 

  • Si votre compost finit par dégager des effluves de purin ou d’ammoniaque, c’est qu’il est trop riche en matières « vertes » et humides.

Traitement : vous rajoutez des matières « brunes », ligneuses et sèches (branchages coupés, feuilles mortes, paille, carton découpé …).

 

  • C’est carrément une odeur d’oeuf très « avancé » qui vous agace le nez ? Votre compost étouffe littéralement.

Traitement : mélangez avec la tige d’aération ou retournez le tout pour faire circuler l’air. Ajoutez aussi des matériaux grossiers et structurants pour préserver des couloirs d’aération.

 

  • Quand vous remarquez des filaments blancs dans votre compost, c’est que votre compost est trop nourri en matières brunes, dures et très sèches.

Rajoutez des matières humides et vertes ou humidifiez.

 

En fait, en suivant les règles fondamentales, chacun peut composter dans son jardin, efficacement, simplement et sans nuisances.

Peut-on composter les tontes de gazon ?

Les tontes de gazon se compostent mal parce qu’elles sont très riches en eau et en azote.

La fermentation s’accélère, le matériau se tasse et l’air ne circule plus.

Et vous voilà avec des odeurs désagréables dans le jardin. Mais ce n’est pas une fatalité.

Suivez le guide.

 

                         I.      Mélangez toujours les tontes de pelouses avec d’autres déchets « bruns ».

Constituez en automne une réserve de ces matériaux :

feuilles mortes, branchages broyés, cartons découpés, etc.

 

                      II.       Eventuellement, laissez sécher sur place l’herbe coupée pour que l’humidité s’évapore.

C’est ce qu’on appelle le « pré-fanage ». Ensuite, vous incorporez l’herbe au compost.

 

                  III.      Vous avez vraiment un gros volume de tontes ?

 

Utilisez la technique du compostage « en fagots ».

 

  • Sur 1 à 2 cm2, déposez une couche de 20 cm de tailles de haies non  broyées (branches de moins de 2 cm de diamètre).
  • Déposez les tontes fraîches sur ces branchages, même en quantité. La structure des branches préserve la circulation d'air pour composter sans odeur de grands volumes de tontes.
  • A la tonte suivante, rajoutez une couche de branchages avant de déverser l'herbe coupée.
  • Après une ou deux années, le mélange sera composté et vous pourrez l'utiliser.

  

Se passer de ramasser les tontes ?

Voir "Le mulching" (en préparation)

Composter sans jardin, est-ce possible?

Voir "Le vermicompostage" ( en préparation)

Brochure Intradel

vous pouvez la consulter en ligne ou bien la télécharger ou encore la demander à Intradel au 04/240.74.74

Elle est gratuite

Autre brochure sur le compostage

Elle est éditée par la ville d'Evreux en France

Vous y découvrirez d'autres informations utiles

Composter!

Une présentation ppt qui vous résume toutes les informations utiles

  • Nom du fichier : Composter
  • Taille : 1.9 Mo

Composter Télécharger

Date de dernière mise à jour : 05/10/2017

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×